SÉLECTION DU JURY

 

Dorothée Smith

Née en 1985 à Paris. Vit et travaille à Paris, Tourcoing et Montréal.

 

Son parcours la conduit d'un Master de philosophie à la Sorbonne, au diplôme de l'École nationale supérieure de la photographie, à la Taik d'Helsinki puis au Fresnoy, Studio National des Arts Contemporains. Son travail s'appréhende comme une observation des constructions, déconstructions, délocalisations et mues de l'identité. La photographie y côtoie la vidéo, l'art hybride et l'utilisation des nouvelles technologies, donnant par exemple lieu à une collaboration avec une équipe de chercheurs du CNRS/IRCICA en 2012. Ses travaux furent notamment exposés à la galerie Les Filles du Calvaire à Paris, aux Rencontres Internationales de la Photographie d'Arles, au Château d'eau à Toulouse, à l'Atelier de Visu à Marseille, au musée Casino à Luxembourg ou encore aux festivals de photographie Photo Phnom Penh au Cambodge, Coachangdi et Pingyao en Chine ou à la biennale de Daegu en Corée du Sud.  Elle travaille actuellement sur une thèse de Doctorat à propos des fantômes, et sur l'écriture du scénario de son premier long-métrage.

 

www.dorotheesmith.net

 

 

Elle est représentée par :

 

Les Filles du Calvaire, Paris

http://www.fillesducalvaire.com

 

 

 

Hear us marching up slowly, 2012

40 images, couleur & noir et blanc Tirages formats variables (40x50, 60x80 & 100x130cm)

 

Cette série fut créée, et doit s'appréhender à la manière d’un journal "intime". A travers une pratique photographique quotidienne, la série s'est construite autour la notion de passage, de transition : d’un état à un autre, d’un âge à un autre, d’un corps à un autre, d’un genre à un autre. Les thématiques telles que la construction de l'identité, de la post-adolescence à la transidentité, n'y sont pas abordées de façon directe, à la manière d’un documentaire, mais sont évoquées par des images troubles, elles-mêmes traversées par ces notions. Cette série présente des mises en parallèle de paysages que viennent joncher des vestiges de guerres et de batailles aujourd’hui enfouies, et de corps en devenir, dont les postures oscillent entre introspection - yeux clos, postures de latence, et luttes à venir. Et y transparaît, en germe, l’idée d’une révolution intense mais silencieuse. Entendez-nous approcher lentement....